Voyages faciles au Maroc

gallery/easy_logo

TREKKING ,RANDONNÉES ET TOURISME

Eté comme hiver, automne comme printemps, soyez inspirés ...respirez!!!
Que vous soyez en famille ou entre amis ,les 4 massifs naturels du Maroc vous accueillent et vous offrent une multitude de petits et grands bonheurs.

Voyage éxotique

Avec un guide natif du haut atlas marocain .

Je suis natif du village de Zawyat Oulmzi au fond de la vallée des Ait Bougmmez .

Moments à partager

Brahim ELBAHRAOUI ,Guide montagne et guide des Espaces Naturels au Maroc diplômé du C.F.A.M.M et agréé par le ministère du Tourisme .

N° 328

PATENTE : 41670996

IF : 40294773

Guide de tourisme fiable

gallery/1488897_10152199306116420_1468525253_n
gallery/10440755_10152661033551420_2166831153590160244_n

 

En plein coeur du pays Aït Atta

Dernière chaîne de montagnes avant le désert, le Djebel Sagho, très désertique et très rude, est toujours parcouru par les nomades Aït Atta, une des grandes confédérations berberes du sud. Guerriers et pasteurs, ils vivaient de l'élevage de leurs troupeaux, des caravanes et de razzias. Le changement de mode de vie, la réduction de leurs terrains de transhumances, la route et les camions, et le développement de plus en plus important de l'élevage sédentaire, associés à la sécheresse qui a frappé le Maroc pendant plusieurs années ont contribué à les paupériser, et les anciens seigneurs sont aujourd'huis parmi les marocains les plus pauvres.

Les paysages sont lunaires, la roche est noire, souvent nue, les villages, de petites tailles, sont dissimulés dans la roche, ou au fond de petites vallées comme Amguiss. Les nomades ne passent guère plus d'un mois où deux dans un endroit, puis ils replient la khayma (la tente) et partent plus loin, avec les troupeaux de chèvres. Dans les vallées, on trouve des palmiers, des grenadiers, des figuiers ou des amandiers.

Trois routes sont possibles, enfin trois pistes : par leTizi n'Tazarerte (2.283m), le Tizi n'Kouaouch (2.592m) ou le col du Tagmout (1919m). Le col du Tazazerte et du Kouaouch offrent les plus beaux points de vue.

Un des premiers explorateurs européens du Sagho fut Charles de Foucauld, qui en fit le récit dans la "Reconnaissance du Maroc". Surtout c'est au coeur du Sagho qu'a eu lieu la dernière bataille de la pacification, à Bougafer, en 1933. Une stèle y célèbre aujourd'hui la bravoure des combattants berbères et français.

Le Sagho se traverse en 4x4 uniquement, ou alors à pied. C'est un paradis pour les marcheurs, un trekking dans la montagne, avec des ânes, permet de suivre la transhumance. Il peut se faire au départ de tazarine, ou de Boumalne du Dadès.
Photos du Djebel Sagho